Contrefaçon de vins australiens en Chine - Septembre 2010

Contrefaçon de vins australiens en Chine - Septembre 2010

La propagation des contrefaçons chinoises de vins australiens soulève la problématique des droits de propriété intellectuelle en Chine, qui représente un marché à l’export de 143 millions de dollars australiens.

La contrefaçon viticole chinoise s’étend désormais à tout le pays et vise notamment des marques australiennes réputées, telles que le très célèbre PENFOLDS.

Les vins contrefaisants se retrouvent non seulement dans le commerce de détail, mais également dans les foires aux vins chinoises.

Les cépages australiens principalement exportés vers la Chine sont le syrah, le cabernet sauvignon et le merlot, lesquels sont les plus ciblés par les contrefacteurs.

En outre, les contrefacteurs ne se cantonnent plus à l’usurpation des grands noms de la filière australienne, mais visent désormais également des producteurs de vins australiens plus modestes, tels que le vignoble FLINDERS RUN WINERY.

Ce fléau affecte non seulement les ventes de vins australiens, mais aussi ternit leur image sur l’un des principaux marchés à l'export de l'Australie.

En effet, depuis l’année 2004, les exportations de vins australiens ont augmenté de 84 % par an, ce qui constitue aujourd’hui la plus forte croissance des parts de marché de la filière viticole australienne. Durant la dernière année fiscale, il a été estimé que 46 millions de litres de vin en provenance d'Australie ont été exportés vers la Chine (21,5 millions de litres en bouteille et 23,5 millions de litres en vrac).

Alors que le gouvernement australien examine les mesures à adopter contre les vins frauduleusement étiquetés « vins australiens », les problèmes de droits de propriété intellectuelle sont gérés individuellement par les entreprises concernées.

Parmi les contrefaçons des vins australiens, l’un des exemples les plus retentissants est surement le cas de PENFOLDS, producteur du vin GRANGE. Des vins étiquetés BENFOLDS, alléguant une provenance australienne, ont récemment été vendus dans des foires commerciales. Egalement, des contrefacteurs ont fait usage de la dénomination PENFOLDS 888 (8 étant un chiffre porte-bonheur en Chine), tandis que d’autres sont même allés jusqu’à présenter des photos de Peter Gago, winemaker du vignoble PENFOLDS.

Les droits de la propriété intellectuelle ne sont pas la seule préoccupation des producteurs de vins australiens en Chine. Une inquiétude grandissante réside dans la baisse du prix des vins portant la mention « vin australien », initiative de quelques producteurs se concentrant sur la Chine pour écouler des vins de piètre qualité. D’autres producteurs craignent ainsi que la vente à vil prix du vin australien n’affecte la perception des consommateurs pour le produit dans son ensemble. En effet, une fois le vin australien considéré comme très bon marché, il sera bien difficile de redorer son image de vin de qualité.

Source : The Age « Chinese fake it with counterfeits of Australian wines » du 24 août 2010

Top
déction de plagiat, protection contre la copie